Belize - Festivals du Sud

Aller au contenu

Menu principal :

Programmation > Archives > 2012


ENSEMBLE FOLKLORIQUE « BELIZE NATIONAL DANCE COMPANY »
BELIZE


Sur les plages et les lagunes de cette région, que l’on appela «
Mosquito Coast » en raison de ses moustiques, échouèrent il y a plus de trois siècles, des noirs venus d’Afrique pour servir d’esclaves aux planteurs blancs d’Amérique du nord. Rompant leurs chaînes au prix de mille aventures, ils choisirent la liberté et s’en allèrent au sud vers de multiples plages. Puis vinrent les Espagnols, parfois les Français et enfin les Britanniques qui en firent leur possession. Ces couches successives de populations recouvrirent celle qui avait été la première, c’est à dire celle des Mayas. Ainsi naquit le Belize.


En 1981, ce pays devint indépendant de la couronne britannique. On dit alors de lui qu’il était le benjamin de l’Amérique pour avoir été le dernier à devenir lui-même. Et depuis il a parfaitement assimilé cette liberté, au point d’avoir créé sa propre compagnie nationale de danse que nous aurons le plaisir de recevoir. Un peu comme un défi et comme l’affirmation d’une culture propre.

Trois influences en fournissent la richesse.

L’influence noire, bien sûr, la plus marquée. Elle nourrit de rythmes et parfois de sensualité les chants, les danses et la musique. Ces mélodies que l’on entend à toutes les fenêtres des villes et des villages du pays. L’influence indienne qui tempère un peu la chaleur tropicale des rythmes. Et enfin, l’influence britannique qui apporte une note de raideur un peu désuète, mais qui sied à merveille à la beauté des hommes et des femmes de la troupe. Elle leur donne un sérieux et une dignité qui tranchent sur la chaleur des rythmes caraïbes.

Vous l’aurez vite compris en découvrant cette troupe qu’elle ne résiste jamais à l’écho d’une musique venue de la plage ou à quelque chanson entendue sous les palmiers. Alors, ces rythmes balaient d’un coup cette respectabilité pour donner un spectacle au goût de cocktail citron vert-mangue douce sur fond de rhum brûlant.

Et si vous avez un soupçon de curiosité, jetez un coup d’œil sur le drapeau de ce pays : bleu de ciel bordé de liserés rouges avec au centre un Indien et un Noir qui se donnent la main. C‘est le seul drapeau d‘Amérique latine qui n’ait pas oublié de symboliser simplement, la fusion de deux des grandes races de l’humanité.

Ce spectacle mêle au bleu du ciel tropical, le rouge du soleil couchant et porte en lui-même la fusion des Noirs, des Indiens et des Blancs, comme se mêlent dans la nature de ce pays, le bleu des vagues océanes, le plumage rutilant des perroquets et le blanc des nuages dans l’éternelle douceur d’une nature où les chansons et les danses poussent librement comme les orchidées.



Retourner au contenu | Retourner au menu