Nicaragua - Festivals du Sud

Aller au contenu
Programmation > Archives > 2017


nicaragua




ballet folklorique


tepenahualt
Le Nicaragua, situé dans une zone volcanique, est jalonné de volcans actifs ou éteints dont le San Cristobal représente le plus haut sommet du pays, avec une altitude de 1745 mètres. Ses deux longues côtes océaniques proposent de nombreuses scènes de carte postale avec des plages à couper le souffle. La diversité du relief offre des paysages de plantations au sud soumis à de fortes chaleurs et de profondes vallées au nord, jouissant d'un climat presque montagneux.

Drôle de contrée que le Nicaragua, pays coupé en deux par les cordillères centrales, sans liens physiques ou presque, entre ses deux pans. Les peuples se sont installés de part et d’autres des montagnes : mestizos (métisses) dans les deux tiers ouest, noirs, créoles, amérindiens dans les forêts pluvieuses et les lagunes de l’est.

Cette scission, autant culturelle que géographique, remonte aux XVIIème siècle lorsque la zone caraïbe de l’Amérique centrale fut colonisée par les Britanniques. Leur présence passée se lit encore sur les cartes : Bluefields, Monkey Point, Pearl Lagoon, Coconut Point, Sandy Bay... Les flibustiers anglais s’installèrent sur cette côte hostile pour mieux attaquer Granada et ses trésors, tandis que des esclaves noirs des îles antillaises furent déportés pour travailler à l’extraction des bois précieux.

« Tepenahuatl » - Ballet folklorique du Nicaragua – chante et danse cette diversité. C’est un des plus prestigieux ballets du pays. Placé sous la direction de Madame Blanca GUARDADO, fondatrice et chorégraphe, le groupe s’attache depuis 1981 à présenter un spectacle qui reprend les traditions du Pacifique, du centre du pays et de l’Atlantique. Son répertoire est un voyage dans le folklore des Caraïbes et de l’Amérique centrale.

Au rythme de la marimba, un instrument de musique qui est un mélange de balafon africain et d’instruments précolombien, le groupe mélange le théâtre, les danses folkloriques et la musique en une synthèse des cultures nahuatl et espagnole. Les masques se mêlent aux costumes flamboyants. L’ensemble témoigne de la richesse culturelle du pays et du mélange des peuples et des cultures dont il fut l’objet au long de son histoire. Les danses du Pacifique retracent les rites sacrés du Nicaragua précolombien. Elles sont les premières danses interprétées. Les danses du nord et du sud sont des polkas, des valses, des mazurkas importées par les immigrants français, allemands et anglais. Celles de l’Atlantique sont plus ethniques et d’origine africaine.

Au long de trente-cinq ans de vie artistique, « Tepenahuatl » s’est produit aux Etats-Unis, au Mexique, au Costa Rica, au Brésil, en Argentine, en Autriche, en Russie, à Taiwan, en France et en Belgique. Partout il a porté la force de son spectacle, la diversité de ses danses et la qualité de ses musiciens.

Affirmant son originalité en Amérique centrale par des danses d’une force inouïe, le Nicaragua vit au pied d’une cohorte de volcans et chérit les ruines de cités ravagées par des séismes. En découvrant le spectacle de « Tepenahuatl », vous comprendrez mieux pourquoi cette terre bouleversée est si attachante.
Retourner au contenu | Retourner au menu